Salaires

Quels sont les salaires minima prévus par la convention collective ?

Coefficients Salaires minima bruts mensuels applicables au 1er avril 2017 Salaires minima bruts mensuels applicables au 1er janvier 2018
135 1 480 € 1 498 €
150 1 487 € 1 505 €
160 1 495 € 1 513 €
175 1 502 € 1 520 €
180 1 520 € 1 538 €
200 1 588 € 1 607 €
230 1 655 € 1 675 €
250 1 854 € 1 876 €
300 3 218 € 3 269 €

Pour les entreprises dont l’activité se caractérise par l’enseignement technique et professionnel lié aux métiers de l’esthétique, des soins corporels et de la parfumerie :

Coefficients Salaires minima bruts mensuels
applicables au 1er avril 2017
Salaires minima bruts mensuels
applicables au 1er janvier 2018
Échelon A Échelon B Échelon A Échelon B
135 1 480 € 1 524 € 1 498 € 1 543 €
150 1 487 € 1 532 € 1 505 € 1 550 €
160 1 495 € 1 540 € / /
175 1 502 € 1 547 € / /
180 1 520 € 1 566 € / /
200 1 588 € 1 635 € 1 607 € 1 655 €
230 1 655 € 1 705 € 1 675 € 1 725 €
240 1 681 € 1 732 € 1 701 € 1 752 €
245 1 738 € 1 790 € 1 759 € 1 812 €
250 1 854 € 1 909 € 1 876 € 1 933 €
300 3 218 € 3 315 € 3 269 € 3 367 €

Quel est le montant de la prime d’ancienneté ?

Après 3 ans de présence dans l’entreprise, les salariés bénéficient d’une prime d’ancienneté mensuelle s’élevant à :

À partir de 3 ans 38 €
À partir de 6 ans 69 €
À partir de 9 ans 105 €
À partir de 12 ans 133 €
À partir de 15 ans 173 €
À partir de 25 ans 200 €

Ces montants, prévus par l’avenant du 29 janvier 2015, sont applicables depuis le 1er janvier 2018.

Pour le salarié à temps partiel, la prime est calculée au prorata de son temps de travail.  Cette prime d’ancienneté doit faire l’objet d’une ligne distincte sur le bulletin de paye. A défaut, elle est considérée comme ne pas avoir été payée.

À quelles majorations le salarié peut prétendre en cas d’heures supplémentaires ?

Les heures supplémentaires effectuées au-delà de 35 heures ouvrent droit aux taux de majoration de salaires de :

  • 25 % entre la 36ème et la 43ème heure ;
  • 50% à partir de la 44ème heure.

À noter !   Il est possible de remplacer tout ou partie du paiement des heures supplémentaires et des majorations y afférent par un repos compensateur équivalent d’un commun accord entre le salarié et l’employeur. À défaut d’accord, le repos est pris pour moitié au choix du salarié, pour l’autre moitié au choix de l’employeur. Ce repos est pris par journée ou par demi-journée dans les 4 mois.

Pour l’attribution de ce repos, chaque heure supplémentaire ouvre droit à un repos égal :

  • à 125 % du temps effectué de la 36ème heure à la 43ème  heure de travail effectif au cours d’une semaine,
  • à 150 % du temps ainsi effectué à partir de la 44ème  heure de travail au cours d’une semaine.

Quelles sont les contreparties financières existantes en cas de départ en formation ou d’exercice d’une fonction tutorale ?

Une prime de formation est versée au salarié en cas de départ en formation à la demande de l’employeur et lorsque cette formation se déroule sur plus de 2 journées consécutives et qu’elle nécessite au moins une nuitée hors du domicile.

Cette prime s’ajoute au salaire de base. Elle est versée en une fois le mois suivant la fin du stage, en fonction du barème suivant :

  • 5 % du salaire minimum conventionnel de la catégorie professionnelle du salarié par heure de formation (avec un maximum de 10 % du salaire mensuel conventionnel pour les stages excédant 100 heures)

Par ailleurs, la convention prévoit le versement d’une prime de tutorat au salarié déclaré et chargé par l’entreprise d’assurer la transmission de la technicité et du savoir-faire professionnel à d’autres salariés. Les situations de formation doivent être effectives. Elles sont organisées et prévues par l’entreprise.

Cette prime s’ajoute au salaire de base. Elle est versée en une fois le mois suivant la fin du tutorat. Son montant est identique à celui de la prime de formation.